Rêveries d’un promeneur téméraire

L’enjeu du débat sur Taoua est essentiellement urbanistique. Il faut densifier la ville, mais pas n’importe comment.  Les critères de qualité de vie, de respect du patrimoine et des habitants et la création de lieux agréables aptes à favoriser les liens sociaux sont primordiaux. Si le projet Taoua se réalisait, il serait un nouvel exemple de ratage de planification urbaine et représenterait une occasion manquée de création de qualité de ville.

Il était une fois la campagne
VR.av.mont-blanc

L’ »avenue » du Mont-blanc, une route hostile aux piétons.

Nous sommes en présence d’un site mal intégré, manifestement implanté là alors qu’il était en bordure de ville. Au-delà de Beaulieu, que ce soit sur l’avenue des Bergières ou l’avenue du Mont-Blanc, on arrivait à la campagne. Cela se voit de manière criante encore sur l’avenue Mont-Blanc: ce n’est pas une avenue urbaine, c’est une route cantonale! Si vous avez le malheur de descendre à pied depuis les Casernes, en arrivant sur Beaulieu, vous avez une glissière de sécurité à votre gauche et un grillage à votre droite.

VR.tranchée

Les halles nord, la tranchée, le petit parc.

Un fossé sépare les halles Nord du malheureux petit parc qui se trouve, délaissé, au pied du quartier des Grandes-Roches. Vu d’ici, Beaulieu est un non-lieu.

Plus bas, l’avenue Jomini, pratiquement infranchissable pour un piéton, coupe Beaulieu des quartiers habités. Le flanc Sud, mur de halles, ne vivra pas et je ne parle pas du côté Est du site: les passants ne sont pas les bienvenus dans les coulisses impénétrables du Palais.

Où l’inspiration s’est arrêtée

Ce site doit être complètement remanié pour le connecter au reste de la ville. L’ouverture du parc sur le flanc Est, prévu par le plan partiel d’affectation, était une bonne idée! Hélas, l’inspiration s’est arrêtée là. La tour est placée dans le parc. Il n’y a pas de front bâti répondant aux habitations de Jomini . Et l’avenue du Mont-Blanc reste un no man’s land. Pourquoi? Parce que le programme (hôtels, bureaux, logements) prévu pour le site n’a pas été réparti intelligemment, il a été empilé dans un coin!

On sait que la meilleure densité s’obtient par un urbanisme en îlot. Il ne manquerait  pas grand-chose pour faire de Beaulieu un îlot ouvert et éviter de créer de la fausse densité (celle que les tours produisent). Pourquoi ne pas végétaliser le toit des halles Nord et en utiliser une partie comme terrasse pour un hôtel? Celui-ci pourrait former l’angle Nord-Est du site. Etendu plus haut sur l’avenue du Mont-Blanc, il y a largement la place pour l’Ecole de la Source et pour du logement.

VR.non-lieu

Beaulieu, non-lieu…

Un place pour l’ambition

L’angle Sud-Est pourrait voir un bâtiment « marquant » le site. Pourquoi pas un geste? Une tour à la manière de Bel-Air, une tour élancée et non écrasante, sortant d’un socle au gabarit idoine, respectueux des immeubles du quartier? Ici, des activités seraient bienvenues, ce serait le centre d’affaires, dynamique, ambitieux, celui qui donne cet élan économique tant attendu par certains. Il serait à côté du m3, donc de la gare, donc de Zurich, Genève, New York et Shanghai!

Le véritable poumon vert du quartier

Le véritable poumon vert du quartier pourrait alors se trouver dans ce malheureux petit parc qui végète au pied des Grandes-Roches, s’il était connecté au toit végétalisé des halles Nord. Il se trouverait soudain sur le passage des habitants de la Violette et des Grandes-Roches, qui y passeraient naturellement pour prendre le m3 et aller à New York.

Dès lors, le parc de Beaulieu (l’ « espace vert » à l’ombre de Taoua) n’a plus besoin de feindre la verdure. Il gardera l’esthétique qu’on attend d’un site de foire, mais on ne lui en voudra plus d’être sillonné de pistes en bitume nécessaires au ballet des camions, aux livraisons, aux taxis et à la foule des grands jours. Sa pente ne sera plus un problème pour les mamans à poussette et les enfants jouant au ballon, car ces personnes seront dans le parc, au-dessus.

Les bonnes questions

Je rêve ? Peut-être. Mais si les Lausannois refusent le projet Taoua, les autorités communales ne pourront pas ne rien faire. Elles devront se poser les bonnes questions de l’urbanisme actuel pour transformer ce morceau de notre ville un beau lieu.

Vincent Rossi

Notes
5 critères cités par le 24H le 6 janvier (fuite sur le rapport des tours) et comment « Taoua » s’en sort:
  • Insertion dans la ligne de paysage: très discutable
  • Composition urbaine: raté, pas cohérent, ne respecte pas l’existant, ne lie pas les autres quartiers
  • Accessibilité: ok si métro m3
  • Contenu: trop de bureaux, qualité discutable pour les logements, mais hôtels absolument nécessaires
  • Espace public: qualité de l’espace vert discutable (en pente, sillonné par routes pour camions et taxis)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>